Les Blues énigmatiques font un grand pas en arrière dans une campagne médiocre

Les grandes énigmes continuent à confondre. Malgré toutes les promesses de la saison de l’an dernier, les Blues ont laissé revenir leurs vieilles habitudes et ont fait un grand pas en arrière lors de cette campagne de Super Rugby Aotearoa.

Pour l’équipe que Leon MacDonald avait assemblée, même en tenant compte du congé sabbatique de la recrue vedette Beauden Barrett, une troisième place à 4-4, et l’absence d’une place en finale, représentent un échec majeur. De plus, les Blues ont été privés de leur finale lorsque Clayton McMillan, l’entraîneur des Chiefs, a envoyé à juste titre une équipe B au nord pour un match qu’ils n’étaient pas obligés de gagner pour se qualifier pour la finale.

Même dans ce cas, les Blues n’ont pu mettre les Chiefs hors d’état de nuire qu’au prix d’une rafale de trois essais dans les sept dernières minutes. Ils ont fait un travail difficile pour ce qui aurait dû être une promenade de santé.

Cette saison a été manifestement décevante pour les Blues et leur équipe d’entraîneurs tant vantée. L’urgence, la précision, la discipline et la patience qu’ils ont réussi à susciter dans la campagne à deux volets de 2021 ont largement fait défaut dans cet effort décousu.

Au lieu de cela, ils ont gâché un départ prometteur de 2-0 lorsqu’ils ont perdu quatre de leurs cinq matchs suivants et n’ont finalement pas réussi à atteindre la marque. Même MacDonald a dû admettre à contrecœur que la campagne représentait une baisse importante de la trajectoire.

« Nous étions à une victoire de la finale, et c’est un long chemin n’est-ce pas », a-t-il déclaré, en désignant les défaites contre les Highlanders et les Chiefs comme cruciales. « Nous étions vraiment déçus de ne pas être en finale. C’était l’un de nos objectifs au début de la saison.

« Écoutez, c’est peut-être [un pas en arrière]. Vous enlevez Beauden, et une partie de ce leadership et de cette capacité à diriger les joueurs autour du parc… il nous a manqué par moments, cette tête plus âgée. Et perdre notre capitaine (Patrick Tuipulotu) pendant presque toute la campagne a également été une grosse perte. Nous avons eu quelques défis à relever pour combler cet espace de leadership et nous avons parfois pu voir sur la pelouse que nous nous sommes un peu égarés. »

Mais il s’agit d’une franchise avec une grande ambition et s’ils sont honnêtes avec eux-mêmes, ils reconnaîtront leurs lacunes et travailleront dur pour les éradiquer. L’équipe d’entraîneurs et les joueurs sont meilleurs que ce qu’ils ont montré lors de cette campagne.

Bien sûr, il y a de l’espoir. Barrett sera de retour, et le talentueux Roger Tuivasa-Sheck sera la tête d’affiche de la classe de recrutement de 2022. Même la compétition transtasmanienne devrait leur donner l’occasion de battre quelques équipes australiennes moins bien dotées en ressources, et peut-être de retrouver leur ardeur.

Mais en fin de compte, ce sont les quatre autres équipes néo-zélandaises qui maillot rugby blues serviront de référence et, à cet égard, les Blues ont connu une campagne médiocre. Ils doivent faire mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *